APPROCHE
           
PRIORITÉ
           
NIVEAU Choix n° 1
  Choix n° 2
  Infos
BEETHOVEN - Concertos pour piano

LUDWIG VAN BEETHOVEN
(1770-1827)

Concertos pour piano (Intégrale)

Richard Goode (piano)
Budapest Festival Orchestra
Iván Fischer (direction)

NONESUCH - 480508-2 - (3 CD)


    Informations
    Commentaire

Il ne suffit pas de bien connaître les Concertos pour piano de Beethoven pour en avoir fait le tour : tel pourrait être le message à figurer sur le cartonnage de cet album tridimensionnel. En effet, Richard Goode et Iván Fischer prouvent, par le biais cet enregistrement, qu’en matière d’interprétation, rien n’est figé. Synthèse de l’évolution stylistique d’un compositeur aux multiples visages, ce cycle est aux pianistes ce que la chaîne de l’Himalaya est aux alpinistes. Aussi, la cordée musicale qui retient aujourd’hui notre attention possède-t-elle toutes les qualités requises pour ce type d’ascension. Du caractère classique du Premier Concerto à la vaillance « impériale » du Cinquième, rien n’a été négligé, chaque moment se voulant essentiel pour atteindre les sommets. La simplicité étant, bien souvent, le meilleur moyen de produire les effets attendus, le naturel des phrasés, la spontanéité du langage et les émotions tenues font ici figure de dénominateur commun, n’y manquent ni le souffle romantique ni les tensions dramatiques sous-jacentes. Particulièrement à l’aise dans le répertoire beethovénien, le pianiste américain concilie la sobriété et l’intensité avec une efficacité qui laisse pantois. Impressionnant sans jamais être démonstratif, il nous rappelle que pour atteindre sa cible, il suffit simplement de bien viser. De la même façon, le Budapest Festival Orchestra ne manque pas une seule occasion pour nous faire observer qu’Iván Fischer est l’un des plus grands chefs en activité. Reconnaissons que si cette nouvelle référence discographique ne cherche pas forcément à remettre en cause celles préalablement reconnues, il n’empêche qu’au moment du choix, sa présence nécessitera une redistribution des cartes. Personnellement, je la prends. À l’atout cœur, bien évidemment.

T. HERVÉ - 11/2009