APPROCHE
           
PRIORITÉ
          
NIVEAU Choix n° 1
 Infos
Canción del Emperador

MUSIQUE DE LA RENAISSANCE ESPAGNOLE POUR VIHUELA

Canción del Emperador

José Miguel Moreno (vihuela)

GLOSSA - GCD 920108


    Informations
    Commentaire

Dans le milieu musical, José Miguel Moreno est une personnalité assez surprenante. Très tôt sensibilisé à la musique, il s’oriente rapidement vers l’interprétation sur instruments d’époque du répertoire Renaissance et baroque, et notamment celui lié à son pays, l’Espagne. À l’instar de Jordi Savall avec lequel il a longtemps collaboré, cet excellent musicien est aussi reconnu pour ses recherches sur l’histoire de la construction des instruments de la famille du luth et de la guitare. Menés en collaboration avec sa femme, ses travaux l’amèneront à réaliser lui-même ses propres instruments, fidèles copies d’originaux. La vihuela da mano utilisée pour cet enregistrement est, comme son nom l’indique, essentiellement jouée à la main, à la différence de la vihuela d’arco, jouée à l’archet. Elle fut popularisée dans la péninsule ibérique au XVIe siècle et peut être considérée comme l’ancêtre de la guitare. Accordée selon le même principe que le luth, sa sonorité est néanmoins plus claire et plus puissante et se rapproche davantage de celle de la guitare actuelle, tout en conservant une agréable douceur que seul un jeu habile peut faire ressortir. Non content d’être un maître dans sa spécialité, notre homme sait aussi se faire ingénieur du son : à ce titre, il enregistre la quasi-totalité de la production du label Glossa dont il est le créateur. Son studio d’enregistrement est placé très exactement sous son salon, dans une crypte du XVIIe siècle, en communication directe avec le Monastère de l’Escorial, un prestigieux édifice situé non loin de Madrid. Loin d’être un apprenti sorcier, sa réussite dans tous ces domaines est depuis longtemps avérée et ce disque splendide ne déroge pas aux règles de qualité qu’il s’est fixées. Décidément, il est vraiment impressionnant, ce Moreno.

T. HERVÉ - 12/2007