APPROCHE
           
PRIORITÉ
          
NIVEAU Choix n° 1
 Infos
CHOPIN - « Chopin chez Pleyel »

FRÉDÉRIC CHOPIN
(1810-1849)

« Chopin chez Pleyel » :
Andante spianato, op. 22
Ballade, op. 47
Nocturnes, op. 48, n° 1 et n° 2
Préludes, op. 28, n° 4, n° 9, n° 11, n° 13 et n° 15
Prélude, op. 45
Études, op. 25, n° 1, n° 2 et n° 12
Nocturne, op.9, n° 2
Nocturne, op.27, n° 2
Mazurka KK IIb, n° 5
Mazurkas, op. 41, n° 2 et n° 3
Impromptu, op. 51
Grande Valse, op. 42

Alain Planès (piano)

HARMONIA MUNDI - HMC 902052


    Informations
    Commentaire

Contrairement à la musique de Schubert qui, en raison de son énorme potentiel expressif, autorise toutes sortes d’approches, celle de Chopin ne se prête pas à une trop grande extravagance, non pas qu’elle soit dépourvue de tolérance, mais disons que son extrême sensibilité s’accommode difficilement des caractères trop aventureux. Motivé par le programme du récital que le compositeur donna dans les salons Pleyel à Paris, le 21 février 1842, Alain Planès réussit, malgré une marge étroite, à nous la présenter sous un jour nouveau, sans pour cela heurter les principes qu’elle lui impose. À l’image d’un artiste que l’on imagine pudique, subtil et spirituel, jouée de cette manière, la musique de Chopin a davantage pour effet d’exciter la chimie de notre cerveau que de faire se dresser notre pilosité. Tout en ménageant la susceptibilité de son écriture, mais sans jamais la flatter, plus que nos émotions, ce sont nos consciences qu’il cherche à provoquer. Discret, plus tibétain dans l’âme que latin, nul besoin pour lui d’en rajouter pour se faire entendre. Une sorte de force tranquille au service de la musique. Bien au-delà du convaincant, son interprétation surprend par son immense pouvoir de persuasion, sans doute parce qu’elle conduit à l’essentiel. Enrichi par les somptueuses sonorités d’un piano de 1836 – un Pleyel, bien évidemment – et par une captation révélant la nature exceptionnelle dudit instrument, aux nombreuses qualités de cet enregistrement s’ajoute le paradoxe. En effet, le comble de la discrétion n’est-il pas de se faire remarquer ?

T. HERVÉ - 01/2010